ISOLA FRANCA
Estate · Rua Madureira · Corcovado · Per la ama de ama · Via de la sol · Un fenetra abrida · Mea samba torseda · Imajina · Canta de India · Suzan · Invita per viaja · Arenas oro · La Sude · La brincacuadro · Cada umana ci memori ce el va mori · Sin tu me no esiste

Rua Madureira

Mostra ance la testo orijinal

par Diane & Richard Beretta e Nino Ferrer (1969)
Traduida de la lingua franses par Michel Gaillard

Me no va oblida la baia de Rio de Janero,
La color de la sielo, tota sirca la Corcovado,
La Rua Madureira, la rua do tu ia abita,
Me no va oblida, an si me nunca ia vade alà

Me no va oblida cuando un dia de julio
Me ia conose tu, e nos ia debe separa
Tra tan poca tempo; nos ia pasea su la pluve
Me parlante de ama, tu parlante de tua pais

Me no va oblida la suavia de tua corpo
En la taxi cual ia gida nos a la airoporto
Tu ia jira per surie a me, e tu ia entra
A acel avion cual nunca, nunca ia ariva

Me no va oblida la dia cuando me ia leje
Tua nom en media de tan multe otra nomes
Sur la paje prima de un jornal brasilan
Me ia atenta leje, me no ia comprende alga cosa

                                             ∴

Me no va oblida la suavia de tua corpo
En la taxi cual ia gida nos a la airoporto
Tu ia jira per surie a me, e tu ia entra
A acel avion cual nunca, nunca ia ariva

Me no va oblida la baia de Rio de Janero,
La color de la sielo, tota sirca la Corcovado,
La Rua Madureira, la rua do tu ia abita,
Me no va oblida, an si me nunca ia vade alà

Rua MadureiraDiane & Richard Beretta - Nino Ferrer (1969): Non, je n’oublierai jamais la baie de Rio / La couleur du ciel autour du Corcovado / La Rua Madureira, la rue que tu habitais / Je n’oublierai pas, pourtant je n’y suis jamais allé… / / Non, je n’oublierai jamais ce jour de juillet / Où je t’ai connue, où nous avons dû nous séparer / Pour si peu de temps, et nous avons marché sous la pluie / Je parlais d’amour, toi tu parlais de ton pays / / Non, je n’oublierai pas la douceur de ton corps / Dans le taxi qui nous conduisait à l’aéroport / Tu t’es retournée pour me sourire avant de monter / Dans une Caravelle qui n’est jamais arrivée / / Non, je n’oublierai jamais le jour où j’ai lu / Ton nom mal écrit parmi tant d’autres noms inconnus / Sur la première page d’un journal brésilien / J’essayais de lire… je ne comprenais rien / ∴ / Non, je n’oublierai pas la douceur de ton corps / Dans le taxi qui nous conduisait à l’aéroport / Tu t’es retournée pour me sourire avant de monter / Dans une Caravelle qui n’est jamais arrivée / / Non, je n’oublierai jamais la baie de Rio / La couleur du ciel autour du Corcovado / La Rua Madureira, la rue que tu habitais / Je n’oublierai pas, pourtant je n’y suis jamais allé…

Esta paje es presentada con la lisensa CC Attribution-Share Alike 4.0 International.
Lo ia es automatada jenerada de la paje corespondente en la Vici de Elefen a 19 otobre 2020 (14:24 UTC).