LA PRINSE PETI
1 · 2 · 3 · 4 · 5 · 6 · 7 · 8 · 9 · 10 · 11 · 12 · 13 · 14 · 15 · 16 · 17 · 18 · 19 · 20 · 21 · 22 · 23 · 24 · 25 · 26 · 27

25. La poso

Mostra ance la testo orijinal

“Persones” – la prinse peti ia dise – “puxa se en trenes rapida, ma los no sabe plu lo cual los xerca. Alora los ajita se e vade en sirculos …”

— Les hommes, dit le petit prince, ils s’enfournent dans les rapides, mais ils ne savent plus ce qu’ils cherchent. Alors ils s’agitent et tournent en rond…

E el ia ajunta:

Et il ajouta:

“Lo es futil …”

«Ce n’est pas la peine…»

La poso cual nos ia ateni no ia es simil a posos saharan. Posos saharan es bucos simple, escavada en la arena. Esta ia es como un poso de vileta. Ma on ia ave no vileta ala, e me ia crede ce me sonia.

Le puits que nous avions atteint ne ressemblait pas aux puits sahariens. Les puits sahariens sont de simples trous creusés dans le sable. Celui-là ressemblait à un puits de village. Mais il n’y avait là aucun village, et je croyais rêver.

“Strana.” – me ia dise a la prinse peti. “Tota es preparada: la pulea, la balde e la corda …”

«C’est étrange, dis-je au petit prince, tout est prêt: la poulie, le seau et la corde…»

El ia rie, ia toca la corda e ia proba move la pulea. E la pulea ia cruji como la cruji de un gal vea de venta cuando la aira ia dormi longa.

Il rit, toucha la corde, fit jouer la poulie. Et la poulie gémit comme gémit une vieille girouette quand le vent a longtemps dormi.

“Tu oia.” – la prinse peti ia dise. “Nos velia esta poso e lo canta …”

«Tu entends, dit le petit prince, nous réveillons ce puits et il chante…»

Me no ia vole ce el labora multe:

Je ne voulais pas qu’il fît un effort:

“Lasa ce me fa lo.” – me ia dise a el. “Lo es tro pesosa per tu.”

«Laisse-moi faire, lui dis-je, c’est trop lourd pour toi.»

Lenta, me ia alti la balde asta la borda. Me ia pone lo ala en posa stable. En mea oreas la canta de la pulea ia continua e, en la acua cual ia trema ancora, me ia vide la sol tremante.

Lentement je hissai le seau jusqu’à la margelle. Je l’y installai bien d’aplomb. Dans mes oreilles durait le chant de la poulie et, dans l’eau qui tremblait encore, je voyais trembler le soleil.

“Me es side per esta acua.” – la prinse peti ia dise. “Dona a me per bevi …”

«J’ai soif de cette eau-là, dit le petit prince, donne-moi à boire…»

E me ia comprende lo cual el ia xerca!

Et je compris ce qu’il avait cherché!

Me ia leva la balde asta sua labios. El ia bevi, con oios cluida. Lo ia es dulse como un festa. Esta acua ia es vera plu ca mera un nuri. Lo ia nase de la pasea su la stelas, de la canta de la pulea, de la labora de mea brasos. Lo ia es bon per la cor, como un donada. Cuando me ia es un xico peti, la lus de la arbor de natal, la musica de la misa de medianote, la dulsia de la suries ia crea tal tota la radia de la donada de natal cual me ia reseta.

Je soulevai le seau jusqu’à ses lèvres. Il but, les yeux fermés. C’était doux comme une fête. Cette eau était bien autre chose qu’un aliment. Elle était née de la marche sous les étoiles, du chant de la poulie, de l’effort de mes bras. Elle était bonne pour le cœur, comme un cadeau. Lorsque j’étais petit garçon, la lumière de l’arbre de Noël, la musique de la messe de minuit, la douceur des sourires faisaient ainsi tout le rayonnement du cadeau de Noël que je recevais.

“La persones do tu abita” – la prinse peti ia dise – “cultiva sinco mil rosas en la mesma jardin … e los no trova ala la cosa cual los xerca.”

«Les hommes de chez toi, dit le petit prince, cultivent cinq mille roses dans un même jardin… et ils n’y trouvent pas ce qu’ils cherchent.

“Los no trova lo.” – me ia responde …

— Ils ne le trouvent pas, répondis-je…

“E an tal, la cosa cual los xerca ta pote es trovada en sola un rosa o un pico de acua …”

— Et cependant ce qu’ils cherchent pourrait être trouvé dans une seule rose ou un peu d’eau…

“Evidente.” – me ia responde.

— Bien sûr», répondis-je.

E la prinse peti ia ajunta:

Et le petit prince ajouta:

“Ma la oios es sieca. On debe xerca con la cor.”

«Mais les yeux sont aveugles. Il faut chercher avec le cœur.»


Me ia bevi. Me ia respira bon. La arena a leva de sol ave la color de miel. Me ia es felis ance de esta color de miel. Donce perce me ia senti triste …?

J’avais bu. Je respirais bien. Le sable, au lever du jour, est couleur de miel. J’étais heureux aussi de cette couleur de miel. Pourquoi fallait-il que j’eusse de la peine…

“Tu debe reali tua promete.” – la prinse peti ia dise dulse a me, denova sentante prosima a me.

«Il faut que tu tiennes ta promesse», me dit doucement le petit prince, qui, de nouveau, s’était assis auprès de moi.

“Cual promete?”

«Quelle promesse?

“Tu sabe … Un paramorde per mea ovea … Me es encargada a acel flor!”

— Tu sais… une muselière pour mon mouton… je suis responsable de cette fleur!»

Me ia estrae de mea pox mea atentas de desinia. La prinse peti ia vide los e ia dise riente:

Je sortis de ma poche mes ébauches de dessin. Le petit prince les aperçut et dit en riant:

“Tua baobabes es alga simil a coles …”

«Tes baobabs, ils ressemblent un peu à des choux…

“O!”

— Oh!»

E me ia es tan orgulosa de mea baobabes!

Moi qui étais si fier des baobabs!

“Tua volpe … Sua oreas … Los es alga simil a cornos … e los es tro longa!”

«Ton renard… ses oreilles… elles ressemblent un peu à des cornes… et elles sont trop longues!»

E el ia rie denova.

Et il rit encore.

“Tu es nonjusta, bonom peti. Me ia sabe desinia no cosa estra boas cluida e boas abrida.”

«Tu es injuste, petit bonhomme, je ne savais rien dessiner que les boas fermés et les boas ouverts.

“O! Lo va conveni.” – el ia dise. “La enfantes sabe.”

— Oh! ça ira, dit-il, les enfants savent.»

Donce me ia lapisi un paramorde. E me ia ave un cor tensada en dona lo a el:

Je crayonnai donc une muselière. Et j’eus le cœur serré en la lui donnant:

“Tu ave intendes cual me no conose …”

«Tu as des projets que j’ignore…»

Ma el no ia responde. El ia dise:

Mais il ne me répondit pas. Il me dit:

“Tu sabe, me ia cade sur la Tera … Doman va es la aniversario …”

«Tu sais, ma chute sur la Terre… c’en sera demain l’anniversaire…»

Alora, pos un silenti el ia dise plu:

Puis, après un silence il dit encore:

“Me ia cade multe prosima a asi …”

«J’étais tombé tout près d’ici…»

E el ia roji.

Et il rougit.

E denova, sin comprende perce, me ia senti un tristia bizara. An tal, un demanda ia veni a me:

Et de nouveau, sans comprendre pourquoi, j’éprouvai un chagrin bizarre. Cependant une question me vint:

“Donce lo no ia es acaso ce, a la matina cuando me ia encontra tu, a un semana ante aora, tu ia pasea tal, solitar, a mil milias de tota rejiones abitada! Tu ia es reveninte a la loca de tua cade?”

«Alors ce n’est pas par hasard que, le matin où je t’ai connu, il y a huit jours, tu te promenais comme ça, tout seul, à mille milles de toutes les régions habitées! Tu retournais vers le point de ta chute?»

La prinse peti ia roji denova.

Le petit prince rougit encore.

E me ia ajunta, esitante:

Et j’ajoutai, en hésitant:

“Par causa, cisa, de la aniversario?”

«À cause, peut-être, de l’anniversaire?…»

La prinse peti ia roji denova. El ia responde nunca a demandas, ma, cuando on roji, esta sinifia “si”, no?

Le petit prince rougit de nouveau. Il ne répondait jamais aux questions, mais, quand on rougit, ça signifie «oui», n’est-ce pas?

“A!” – me ia dise a el. “Me teme …”

«Ah! lui dis-je, j’ai peur…»

Ma el ia responde a me:

Mais il me répondit:

“Tu debe labora aora. Tu debe revade a tua macina. Me va espeta tu asi. Reveni doman a la sera …”

«Tu dois maintenant travailler. Tu dois repartir vers ta machine. Je t’attends ici. Reviens demain soir…»

Ma me no ia es calmida. Me ia recorda la volpe. On risca plora pico si on ia lasa ce on deveni domada …

Mais je n’étais pas rassuré. Je me souvenais du renard. On risque de pleurer un peu si l’on s’est laissé apprivoiser…

Esta paje es presentada con la lisensa CC Attribution-Share Alike 4.0 International.
Lo ia es automatada jenerada de la paje corespondente en la Vici de Elefen a 3 desembre 2020 (19:53 UTC).