LA PRINSE PETI
1 · 2 · 3 · 4 · 5 · 6 · 7 · 8 · 9 · 10 · 11 · 12 · 13 · 14 · 15 · 16 · 17 · 18 · 19 · 20 · 21 · 22 · 23 · 24 · 25 · 26 · 27

16. La Tera

Mostra ance la testo orijinal

Donce la planeta sete ia es la Tera.

La septième planète fut donc la Terre.

La Tera no es mera un planeta comun! On conta ala sento des-un res (sin oblida, serta, la res negra), sete mil jeografistes, novesento mil comersiores, sete milion sincosento mil enebriadas, tresento des-un milion egosas, cual es per dise sirca du mil milion persones grande.

La Terre n’est pas une planète quelconque ! On y compte cent onze rois (en n’oubliant pas, bien sûr, les rois nègres), sept mille géographes, neuf cent mille businessmen, sept millions et demi d’ivrognes, trois cent onze millions de vaniteux, c’est-à-dire environ deux milliards de grandes personnes.

Per dona a tu un idea de la dimensiones de la Tera, me va dise a tu ce, ante la inventa de eletrica, on ia nesesa susta ala, sur la ses continentes juntada, vera un armada de cuatrosento sesdes-du mil sincosento des-un lampores.

Pour vous donner une idée des dimensions de la Terre je vous dirai qu’avant l’invention de l’électricité on y devait entretenir, sur l’ensemble des six continents, une véritable armée de quatre cent soixante-deux mille cinq cent onze allumeurs de réverbères.

Videda de distante, esta ia fa un efeto merveliosa. La moves de esta armada ia es regulada como los de un baleto de opera. Prima la turno ia veni per la lampores de Zeland Nova e de Australia. A pos, estas, pos ensende sua lampas, ia vade per dormi. Alora, en sua turno, la ensendores de Xina e Sibir ia entra a la dansa. A pos, ance los ia retira se a la alas de la stadio. Alora, la turno ia veni per la lampores de Rusia e la Indias. A pos, los de Africa e Europa. A pos, los de America Sude. A pos, los de America Norde. E los ia era nunca en sua ordina de entra sur la stadio. Lo ia es grandiosa.

Vu d’un peu loin ça faisait un effet splendide. Les mouvements de cette armée étaient réglés comme ceux d’un ballet d’opéra. D’abord venait le tour des allumeurs de réverbères de Nouvelle-Zélande et d’Australie. Puis ceux-ci, ayant allumé leurs lampions, s’en allaient dormir. Alors entraient à leur tour dans la danse les allumeurs de réverbères de Chine et de Sibérie. Puis eux aussi s’escamotaient dans les coulisses. Alors venait le tour des allumeurs de réverbères de Russie et des Indes. Puis de ceux d’Afrique et d’Europe. Puis de ceux d’Amérique du Sud. Puis de ceux d’Amérique du Nord. Et jamais ils ne se trompaient dans leur ordre d’entrée en scène. C’était grandiose.

Sola la person ci ia ensende la lampa unica a la Polo Norde, e sua colaboror de la lampa unica a la Polo Sude, ia ave vives de osio e reposa: los ia labora a du veses per anio.

Seuls, l’allumeur de l’unique réverbère du pôle Nord, et son confrère de l’unique réverbère du pôle Sud, menaient des vies d’oisiveté et de nonchalance : ils travaillaient deux fois par an.

Esta paje es presentada con la lisensa CC Attribution-Share Alike 4.0 International.
Lo ia es automatada jenerada de la paje corespondente en la Vici de Elefen a 3 desembre 2020 (19:53 UTC).