LA PRINSE PETI
1 · 2 · 3 · 4 · 5 · 6 · 7 · 8 · 9 · 10 · 11 · 12 · 13 · 14 · 15 · 16 · 17 · 18 · 19 · 20 · 21 · 22 · 23 · 24 · 25 · 26 · 27

24. La xerca

Mostra ance la testo orijinal

Nos ia es en la dia oto de mea fali en la deserto, e me ia escuta la raconta sur la vendor en bevi la gota final de mea furni de acua:

Nous en étions au huitième jour de ma panne dans le désert, et j’avais écouté l’histoire du marchand en buvant la dernière goutte de ma provision d’eau :

“A!” – me ia dise a la prinse peti – “tua recordas es multe plasente, ma me ancora no ia repara mea avion, me ave no plu cosa per bevi, e me ta es felis, me ance, si me ta pote pasea multe dulse en dirije a un fonte de acua!”

« Ah ! dis-je au petit prince, ils sont bien jolis, tes souvenirs, mais je n’ai pas encore réparé mon avion, je n’ai plus rien à boire, et je serais heureux, moi aussi, si je pouvais marcher tout doucement vers une fontaine !

“Mea ami, la volpe …” – el ia dise a me.

— Mon ami le renard, me dit-il…

“Mea bonom peti, la volpe no pertine plu!”

— Mon petit bonhomme, il ne s’agit plus du renard !

“Perce?”

— Pourquoi ?

“Car nos va mori de sidia …”

— Parce qu’on va mourir de soif… »

El no ia comprende mea razona. El ia responde a me:

Il ne comprit pas mon raisonnement, il me répondit :

“Lo es bon si on ia ave un ami, an si on va mori. Me es plen contente, me, ce me ia ave un ami volpe …”

« C’est bien d’avoir eu un ami, même si l’on va mourir. Moi, je suis bien content d’avoir eu un ami renard… »

“El no es consensa de la peril.” – me ia dise a me. “El es nunca fame e nunca side. Un pico de sol sufisi a el …”

« Il ne mesure pas le danger, me dis-je. Il n’a jamais ni faim ni soif. Un peu de soleil lui suffit… »

Ma el ia regarda me e ia responde a mea pensa:

Mais il me regarda et répondit à ma pensée :

“Me es ance side … Ta ce nos xerca un poso …”

« J’ai soif aussi… cherchons un puits… »

Me ia fa un jesti de fatiga: lo es asurda ce on xerca un poso, acaso, en la enormia de la deserto. An tal, nos ia comensa pasea.

J’eus un geste de lassitude : il est absurde de chercher un puits, au hasard, dans l’immensité du désert. Cependant nous nous mîmes en marche.

Cuando nos ia pasea, tra oras, en silentia, la note ia veni, e la stelas ia comensa lumina se. Me ia vide los como en un sonia, con un pico de febre, par causa de mea sidia. La parolas de la prinse peti ia dansa en mea memoria:

Quand nous eûmes marché, des heures, en silence, la nuit tomba, et les étoiles commencèrent de s’éclairer. Je les apercevais comme en rêve, ayant un peu de fièvre, à cause de ma soif. Les mots du petit prince dansaient dans ma mémoire :

“E donce tu es side, tu ance?” – me ia demanda a el.

« Tu as donc soif, toi aussi ? » lui demandai-je.

Ma el no ia responde a mea demanda. El ia dise simple a me:

Mais il ne répondit pas à ma question. Il me dit simplement :

“La acua pote es ance bon per la cor …”

« L’eau peut aussi être bonne pour le cœur… »

Me no ia comprende sua responde, ma me ia silenti … Me ia sabe bon ce me debe no demanda a el.

Je ne compris pas sa réponse mais je me tus… Je savais bien qu’il ne fallait pas l’interroger.

El ia es fatigada. El ia senta se. Me ia senta me a sua lado. E, pos un silentia, el ia dise plu:

Il était fatigué. Il s’assit. Je m’assis auprès de lui. Et, après un silence, il dit encore :

“La stelas es bela, par causa de un flor cual on no vide …”

« Les étoiles sont belles, à cause d’une fleur que l’on ne voit pas… »

Me ia responde – “Serta.” – e me ia regarda, sin parla, la plias de la arena su la luna.

Je répondis « bien sûr » et je regardai, sans parler, les plis du sable sous la lune.

“La deserto es bela.” – el ia ajunta …

« Le désert est beau », ajouta-t-il…

E lo ia es vera. Me ia ama sempre la deserto. On senta sur un duna de arena. On vide no cosa. On oia no cosa. E an tal, alga cosa radia en silentia …

Et c’était vrai. J’ai toujours aimé le désert. On s’assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n’entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence…

“La cosa cual beli la deserto” – la prinse peti ia dise – “es ce lo asconde un poso a alga loca …”

« Ce qui embellit le désert, dit le petit prince, c’est qu’il cache un puits quelque part… »

Me ia es surprendeda par comprende subita esta radia misteriosa de la arena. Cuando me ia es un xico peti, me ia abita en un casa antica, e la lejenda ia raconta ce un tesoro es ala enterada. Serta, persones ia sabe nunca descovre lo, e cisa persones ia xerca nunca lo. Ma lo ia encanta tota acel casa. Mea casa ia asconde un secreta en la fondo de sua cor …

Je fus surpris de comprendre soudain ce mystérieux rayonnement du sable. Lorsque j’étais petit garçon j’habitais une maison ancienne, et la légende racontait qu’un trésor y était enfoui. Bien sûr, jamais personne n’a su le découvrir, ni peut-être même ne l’a cherché. Mais il enchantait toute cette maison. Ma maison cachait un secret au fond de son cœur…

“Si,” – me ia dise a la prinse peti – “en caso de la casa, la stela o la deserto, la cosa cual crea sua belia es nonvidable!”

« Oui, dis-je au petit prince, qu’il s’agisse de la maison, des étoiles ou du désert, ce qui fait leur beauté est invisible !

“Me es contente” – el ia dise – “ce tu acorda con mea volpe.”

— Je suis content, dit-il, que tu sois d’accord avec mon renard. »

Car la prinse peti ia comensa adormi, me ia prende el en mea brasos, e me ia recomensa pasea. Me ia es emosiada. Me ia pare porta un tesoro frajil. Lo ia pare an ce on ave no cosa plu frajil sur la Tera. Me ia regarda, par la lus de la luna, esta fronte pal, esta oios cluida, esta mexas de capeles cual trema en la venta, e me ia dise a me – “Lo cual me vide ala es no plu ca un casca. La plu importante es nonvidable …”

Comme le petit prince s’endormait, je le pris dans mes bras, et me remis en route. J’étais ému. Il me semblait porter un trésor fragile. Il me semblait même qu’il n’y eût rien de plus fragile sur la Terre. Je regardais, à la lumière de la lune, ce front pâle, ces yeux clos, ces mèches de cheveux qui tremblaient au vent, et je me disais : « Ce que je vois là n’est qu’une écorce. Le plus important est invisible… »

Car sua labios partal abrida ia contorni un surie peti, me ia dise plu – “Lo cual emosia tan forte me en esta prinse peti dorminte es sua fida per un flor; lo es la imaje de un rosa cual radia en el como la flama de un lampa, an cuando el dormi …” E me ia suposa ce el es an plu frajil. Serta, on nesesa bon proteje lampas: un sofla de venta pote estingui los …

Comme ses lèvres entr’ouvertes ébauchaient un demi-sourire je me dis encore : « Ce qui m’émeut si fort de ce petit prince endormi, c’est sa fidélité pour une fleur, c’est l’image d’une rose qui rayonne en lui comme la flamme d’une lampe, même quand il dort… » Et je le devinai plus fragile encore. Il faut bien protéger les lampes : un coup de vent peut les éteindre…

E, tal paseante, me ia descovre la poso a la leva de sol.

Et, marchant ainsi, je découvris le puits au lever du jour.

Esta paje es presentada con la lisensa CC Attribution-Share Alike 4.0 International.
Lo ia es automatada jenerada de la paje corespondente en la Vici de Elefen a 3 desembre 2020 (19:53 UTC).