LA FLOR DEL DESERTO
PoliticalFantasiaTristeA ves cadun debe aprendePede finaLa flor del estate
ISOLA FRANCA · PALMAS DE LA ENCANTARIO DE LUNA · A VOSELA CIMERAS

Fantasia

Mostra ance la testo orijinal

Scriveda par Gérard de Nerval (1852)
Traduida de franses par Michel Gaillard

Depinta de Yves Gaillard, La Flor del deserto (1972).

Lo es un melodia – per acel me ta dona
Plu ca Rossini, ca Mozart, o ca Weber,
Lo es un melodia vea, jeminte, sombre,
E, per me sola, un majia secreta.

A cada ves, cuando me oia lo,
Mea alma rejoveni par sento anios:
En acel tempo, me crede vide ala
Colinas verde, pal al sol reposante,

E acel castel, de brices e de petras,
Con sua vitros colorida rojin,
E, ance a sirca, un parce grande, e un rio,
Fluente a sua basa, entre la flores.

A pos, un dama, a sua fenetra alta,
Blonde con oios negra, e veste antica:
El ci, posible, en esta otra esiste,
Me ia vide ja, e me recorda aora!

Fantaisie - Gérard de Nerval (Odelettes, 1852): / Il est un air pour qui je donnerais / Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber, / Un air très vieux, languissant et funèbre, / Qui pour moi seul a des charmes secrets. / / Or, chaque fois que je viens à l’entendre, / De deux cents ans mon âme rajeunit : / C’est sous Louis treize ; et je crois voir s’étendre / Un coteau vert, que le couchant jaunit, / / Puis un château de brique à coins de pierre, / Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs, / Ceint de grands parcs, avec une rivière / Baignant ses pieds, qui coule entre des fleurs ; / / Puis une dame, à sa haute fenêtre, / Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens, / Que, dans une autre existence peut-être, / J’ai déjà vue… – et dont je me souviens !

Esta paje es presentada con la lisensa CC Attribution-Share Alike 4.0 International.
Lo ia es automatada jenerada de la paje corespondente en la Vici de Elefen a 4 april 2024 (17:36 UTC).