GRAMMAIRE
Alphabet et prononciation · Phrases · Substantifs · Déterminants · Pronoms · Adjectifs · Adverbes · Verbes · Prépositions · Conjonctions · Questions · Propositions · Nombres · Formation des mots · Abréviations · Ponctuation

Questions

Il existe trois types de question: celle à laquelle on peut répondre simplement par “oui” ou “non”, celle pour laquelle il y a plusieurs réponses possibles, et celle qui sollicite une information particulière.

Par ailleurs, une question peut être directe (“Où allez-vous?”) ou indirecte (“Je vous demande où vous allez”, “Je ne sais qui je suis”). Les questions directes sont suivies d’un point d’exclamation (?).

Questions de type oui/non

Une phrase peut devenir une question de type oui/non par l’ajout de esce (“est-ce que…”) en début de phrase:

Il y a aussi deux autres méthodes. Dans une discussion, dans des questions qui proposent une possibilité et cherchent simplement une confirmation, on peut ajouter si? o no? à la fin de la phrase. Et, dans des questions très simples, on peut se contenter de monter le ton de la voix à la fin de la phrase:

La réponse à une question de type oui/non est si (“oui”) ou no (“non”). Si indique que la possibilité exprimée par la question est vraie; no indique qu’elle est fausse:

Si une question est négative, si et no ont la même signification que si la question avait été positive. Mais cela peut créer une confusion que l’on peut éviter en répondant par une phrase complète:

Questions alternatives

Une question alternative demande à l’interlocuteur de choisir une réponse parmi un nombre d’options, généralement présentées par une énumération et reliées par la conjonction o:

Autres questions

D’autres questions emploient des déterminants, des pronoms, ou des adverbes interrogatifs, tels que cual, ci, cuando, cuanto, como, do et perce. Le mot interrogatif se place souvent en début de phrase, mais il peut aussi apparaître là où se trouverait la réponse:

Questions indirectes

Les questions indirectes sont des propositions subordonnées nominales qui rapportent une interrogation avec la même suite de mots que celle qu’aurait l’interrogation directe. Le temps du verbe reste le même. Dans l’interrogation indirecte, le mot interrogatif se place toujours en début de la proposition subordonnée:

Les questions indirectes de type oui/non se construisent toujours avec esce:

Dans certains cas, la différence entre une interrogation indirecte et une proposition relative est très subtile :

Dans l’exemple (a), j’ai découvert l’identité de la chose dans la boîte, bien que je ne puisse pas la voir ou la toucher directement. Dans l’exemple (b), j’ai découvert la chose elle-même.

Esta paje es presentada con la lisensa CC Attribution-Share Alike 4.0 International.
Lo ia es automatada jenerada de la paje corespondente en la Vici de Elefen a 19 janero 2022 (17:13 UTC).