LA VIAJOR SUR LA TERA
PreambulManoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 1)Manoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 1, segue)Manoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 1, Sonia)Manoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 2)I. De la dirijor de la Revista de Fairfax a Sr Charles DraytonII. De Charles Drayton a la dirijorIII. De Sra Smyth a la dirijor de la Revista de FairfaxIV. Reporta de la dotor ThorntonV. Frato de un letera de Sra G.

Mostra ance la testo orijinal

IV. Reporta de la dotor Thornton

IV. Récit du docteur Thornton

Fairfax, setembre 1895.

Fairfax, septembre 1895.

 

Cuando mea cusina ia esplica ja la motiva de sua visita, me ia demanda a me esce la caso es vera tal grave como ela pensa e esce lo es nesesada ce on disturba mea ami la dotor Dashwood, como ela ia desira. Per cuieti ela an tal, car ela ia es parente nervosa, me ia reacompania ela a sua casa e me ia promete ce me pasa la sera completa ala, afin me mesma oserva la joven Daniel O’Donovan. Me ia encontra cuantiosa persones en la curso de mea carera, e me ia vanta descovre sin labora la fonte de la maladia moral de cual esta joven om es sufrinte. On va vide esce me ia susede.

Lorsque ma cousine m’eut expliqué le motif de sa visite, je me demandai si le cas était vraiment aussi grave qu’elle le pensait et s’il valait la peine qu’on dérangeât mon ami le docteur Dashwood, comme elle le demandait. Pour la tranquilliser cependant, car elle paraissait nerveuse, je la raccompagnai chez elle et lui promis d’y passer la soirée entière à l’effet d’observer moi-même le jeune Daniel O’Donovan. J’ai eu affaire à bien des gens dans le cours de ma carrière et je me flattais de découvrir sans peine le germe de la maladie morale dont souffrait ce jeune homme. On verra si j’y réussis.

Sirca la ora sinco nos ia ariva a casa de mea cusina. Ela ia vole direta ce me asende la scalera per escuta a la porte de Daniel O’Donovan. Me no gusta esta tipo de pratica, ma mea cusina ia insiste tan ce me ia sede e ce nos ia asende ambos asta esta porte a la nivel prima. Me ia resta per alga minutos nonmovente sin ce me oia cualce cosa e, suposante ce la joven om es ocupada con leje o scrive, me ia dise a mea cusina ce me vade a redesende e ce ela prepara la te. Ela ia segue me.

Il était près de cinq heures quand nous arrivâmes chez ma cousine. Elle voulut tout de suite me faire monter dans l’escalier pour écouter à la porte de Daniel O’Donovan. Je n’aime pas ce genre de pratique, mais ma cousine insista au point que je dus céder et nous montâmes ensemble jusqu’à cette porte qui est au premier étage. Je restai quelques minutes immobile sans rien entendre et, supposant que le jeune homme était occupé à lire ou écrire, je dis à ma cousine que j’allais redescendre et qu’elle eût à me préparer du thé. Elle me suivit.

En cuando ela ia es a la cosina, me ia fisa me a la comeria e, estraente un libro de mea pox, me ia comensa leje a lado de la stufa. Sra Smyth ia reapare pos un cuatriora, ela mesma portante un platon cual ela ia pone sur la table. Ela ia es aspetante noncuieta e ia dise a me a duivose: « Me crede ce me oia algun ci desende. Si lo es el e si el vole parla a me, tu nesesa es presente. » Me ia atenta presenta sua idea como sin valua: esce el no ta es disturbada, vidente me? Lo ia es donce nesesada ce ela vide elo entre du, ma ance ce me pote oia lo cual elo vole dise a ela. Ela ia confirma con testa e ia sorti pronto, sin clui la porte, en tal modo ce cualce cosa diseda en la sala visina no ia debe es mancada par me. Me ta debe esplica a tu ce esta sala es abrida a la jardin e asede a un lado la comeria do me ia sta, a la otra lado la antesala. Ala mea cusina obra e reseta la persones ci desira parla a el. Lo no es vera un salon, ma, como tu vide, lo sustitui per acel. Cuando ela ia entra ala, me ia oia final la pasos cual sua orea plu sutil ia persepida ja de un momento, ma los ia pasa sin esita ante la sala do mea cusin ia sta e ia dirije a la arco de porte. Instante, me ia regarda tra la fenetra de do me ia pote vide la porteta e la paseria de la jardin, e me ia vide la apare de la joven om de ci lo ia es a tema. El ia es alga grande e ia sta mal. El ia desende la paseria asta la porteta, paseante con testa inclinada e la manos en la poxes e, subita, el ia returna a la casa. Me ia pote alora esamina sua fas. Me ia es colpada, me ta dise plu esata ce me ia es xocada, como si el ia ta es nonsuportable fea. An tal, el no ia es fea, el ia es aspetante sola multe ansiosa. Lo es la causa perce me no pote esplica mea surprende e mea turba cuando me ia vide el returnante en nosa dirije. Posible on ia ave alga cosa en sua regarda.

Pendant qu’elle était à la cuisine, je m’installai à la salle à manger et tirant un livre de ma poche je me mis à lire près du poêle. Miss Smyth reparut au bout d’un quart d’heure, portant elle-même un plateau qu’elle déposa sur la table. Elle avait l’air inquiète et me dit à mi-voix : « Je crois que j’entends quelqu’un descendre. Si c’est lui et s’il veut me parler, il faut que vous soyez présent. » Je lui représentai que son idée ne valait rien. Ne se troublerait-il pas en me voyant ? Il était donc nécessaire qu’elle le vît seule, mais aussi que j’entendisse ce qu’il avait à lui dire. Elle fit un signe de tête et sortit vivement, sans fermer la porte, en sorte que rien de ce qui pouvait se dire dans la pièce à côté ne devait m’échapper. J’aurais dû vous expliquer que cette pièce a vue sur le jardin et communique d’une part avec la salle à manger où je me trouvais, de l’autre avec l’antichambre. C’est là que ma cousine travaille et qu’elle reçoit les personnes qui désirent lui parler. Ce n’est pas tout à fait un salon, mais, comme vous voyez, cela en tient la place. Lorsqu’elle y eut pénétré, j’entendis enfin les pas que son oreille plus fine avait perçus depuis un moment, mais ils passèrent sans hésitation devant la pièce où se tenait ma cousine et se dirigèrent vers le porche. Immédiatement, je regardai par la fenêtre d’où je pouvais voir la grille et l’allée du jardin, et je vis paraître le jeune homme dont il était question. Il était assez grand et se tenait mal. Il descendit l’allée jusqu’à la grille, marchant la tête baissée et les mains dans les poches quand tout d’un coup il se retourna vers la maison. Je pus alors examiner son visage. Il me frappa, je dirais plus exactement qu’il me choqua comme s’il eût été d’une laideur insupportable. Cependant il n’était pas laid, il avait seulement un air très soucieux. Aussi ne puis-je expliquer ma surprise et mon trouble lorsque je le vis se retourner vers nous. Peut-être était-ce quelque chose dans le regard.

Me ia oia mea cusin criante: « Mea Dio, Tom », ela ia dise, « regarda esta fas! »

J’entendis ma cousine pousser un cri : « Mon Dieu, Tom, dit-elle, regarde ce visage ! »

Daniel ia es revadente. En segue me ia oia el reasende la grados su la arco de porte e colpa pos un instante contra la porte de mea cusin. Elo ia entra. Me revade sin ruido a mea posto, a lado de la stufa, e me ia oia la conversa seguente. Daniel O’Donovan ia es parlante con un vose firma, ma, divinable, acel tono no ia es usual a elo, e lo ia debe es un forsa difisil per elo.

Daniel revint sur ses pas. Puis je l’entendis remonter les marches du porche et frapper au bout d’un instant à la porte de ma cousine. Il entra. Je regagnai sans bruit ma place près du poêle et j’entendis la conversation suivante. Daniel O’Donovan parlait d’une voix assurée, mais on devinait que ce ton ne lui était pas habituel et qu’il devait lui coûter un effort.

Elo ia comensa esplica ce par causa de un aveni regretable el ia perde sua mone; en segue, el ia pausa. On ia ave un instante silente e me ia oia ce mea cusin ia dise a elo:

Il commença par expliquer qu’à la suite d’une circonstance malheureuse il avait perdu son argent, puis il s’arrêta. Il y eut un instant de silence et j’entendis ma cousine qui lui dit :

« Me espera ce tu no ia perde esta mone a la jua de mone, senior. »

— J’espère que vous n’avez pas perdu cet argent au jeu, monsieur.

Elo ia responde direta:

— No, seniora, me ia jua nunca tra mea vive. On ia fura lo de me.

Il répondit aussitôt :
— Non, mademoiselle, je n’ai jamais joué de ma vie. On me l’a volé.

— On ia fura lo de tu? Tu es serta con lo?

— On vous l’a volé ? En êtes-vous sûr ?

— Si, me es serta.

— Oui, j’en suis sûr.

— Esce tu conose tua furor?

— Connaissez-vous votre voleur ?

— Si, seniora, ma me ta prefere no parla de el, si tu acorda.

— Oui, mademoiselle, mais j’aimerais mieux ne pas parler de lui, si vous voulez bien.

— Alora, senior », mea cusin ia dise con un tono pico plu nonsentosa, « cual cosa tu vole dise a me? »

— Eh bien, monsieur, dit ma cousine d’un ton un peu plus froid, qu’avez-vous donc à me dire ?

Alora elo ia comensa parla con un vose tan rapida e tan nondistinguable ce mea cusin ia debe interompe el e ia demanda ce elo repete alga frases, o cisa ela ia teme ce me no oia los, e, en efeto, me ia saisi no cosa cual elo ia dise. Final me ia comprende, de la respondes de mea cusina, ce elo demanda ce ela prende el a sua casa, no en cualia de studiante a ci on dona un sala per lua, ma como un servor ci on acorda la ospita e la nuri. Acel proposa ia pare a me tan spesial ce me no ia pote preveni ce me esclama, ma me crede ce on no ia oia me. Mea cusin ia es silente. Me ia divina ce el es sumerjida par la mesma stona como me, e ce el ia es trovante no cosa per responde.

Alors il se mit à parler d’une voix si rapide et si indistincte que ma cousine dut l’interrompre et lui faire répéter certaines phrases, ou peut-être craignait-elle que je n’entendisse pas, et en effet je ne saisissais rien de ce qu’il disait. Enfin je compris aux réponses de ma cousine qu’il lui demandait de le prendre chez elle, non en qualité d’étudiant à qui on loue une chambre, mais comme un domestique que l’on convient de loger et de nourrir. Cette proposition me parut si singulière que je ne pus me retenir de m’exclamer, mais je crois qu’on ne m’entendit pas. Ma cousine se taisait. Je devinai qu’elle était plongée dans le même étonnement que moi et qu’elle ne trouvait rien à répondre.

Final ela ia dise corta a Daniel O’Donovan ce ela ta pensa a la demanda, e elo ia parti. Apena cuando elo ia clui la porte pos elo, mea cusina ia es ante me. « Alora, cusino, tu ia oia? » ela ia demanda. « Cual cosa me debe fa? »

Enfin elle dit brièvement à Daniel O’Donovan qu’elle réfléchirait à la demande, et il se retira. Il avait à peine refermé la porte derrière lui que ma cousine était devant moi. « Eh bien, cousin, vous avez entendu ? demanda-t-elle. Que dois-je faire ? »

Nos ia discute la punto per alga tempo. Esaminada plu, la demanda de Daniel O’Donovan ia pare alga sana. Mea cusina ia es la person unica ci elo es conosente asi. Esce lo no ia es natural ce elo confida a ela sua difisiles? Me ia fa ce ela persepi, plu, ce elo ia ta pote sin duta scrive a sua familia, ma ce elo prefere, evidente, desprende sua aida. Lo ia es un punto favorable a elo. Sua naivia ia fa ce elo crede pote cumula la debes de servor e de studiante. Lo ia es preferable no descoraji ja elo. Elo ia es tan joven; on ta descoraji elo sempre bastante temprana.

Nous débattîmes la question quelque temps. À l’examiner d’un peu plus près, la demande de Daniel O’Donovan semblait assez raisonnable. Ma cousine était la seule personne qu’il connût ici. N’était-il pas naturel qu’il lui confiât ses difficultés ? Je lui fis remarquer, de plus, qu’il aurait pu sans doute écrire à ses parents, mais qu’il préférait, évidemment, se passer de leur secours. C’était un trait en sa faveur. Sa naïveté consistait à croire qu’il pourrait cumuler les devoirs de domestique et d’étudiant. Mieux valait ne pas le décourager encore. Il était si jeune ; on le découragerait toujours assez tôt.

Mea cusina ia sede ante mea argumentas, ma me ia senti ce alga cosa en ela es resistente a mea consela. Ela no ia gusta O’Donovan. Ance me no ia gusta elo; me no ia gusta sua oios e un lus spesial cual me ia vide ala. Elo ia aspeta rusosa e secreta como un person ci vade a fa un mal ata. An tal me ia teme es nonjusta. Si me no ia ta vide ja elo en la jardin, si me ia ta oia ja sola sua conversa con mea cusina, me ia ta ave un bon senti de elo, car sua vose ia es inspirante fida a me. Me ia dise no cosa de esta senti e me ia consela ce mea cusina responde a la joven om ce ela ta emplea elo, per esemplo, a la servi de la table, e ce elo ia ta debe paia no per sua comes, no per sua sala. Evidente mea cusina no ia nesesa un plu servor, car ela ia ave ja du joven femes per aida ela en sua labora, ma ela ia aseta par carita a proba Daniel. Me ia aplica me a xerca un emplea peti en vila, a casa de un ami notario. Entretempo, con curiosia me ia vole vide como elo ta maneja la taxe cual elo ia es asetante a esta dia.

Ma cousine se rendit à mes raisons, mais je sentais qu’il y avait en elle quelque chose qui résistait à mon conseil. Elle n’aimait pas O’Donovan. Moi non plus, je ne l’aimais pas ; je n’aimais pas ses yeux et une certaine lueur que j’y avais vue. Il avait l’air rusé et dissimulé d’une personne qui va commettre une mauvaise action. Cependant je craignais d’être injuste. Si je ne l’avais pas vu dans le jardin, si j’avais seulement entendu sa conversation avec ma cousine, j’aurais eu une bonne impression de lui, car sa voix m’inspirait confiance. Je ne dis rien de ce sentiment et conseillai à ma cousine de répondre au jeune homme qu’elle l’emploierait, par exemple, au service de la table et qu’il n’aurait à payer ni pour ses repas, ni pour sa chambre. Inutile de vous dire que ma cousine n’avait pas besoin d’un autre domestique, puisqu’elle avait déjà deux filles pour l’aider dans son travail, mais elle consentit par charité à mettre Daniel à l’essai. Je pris sur moi de lui chercher une petite situation en ville, chez un notaire de mes amis. En attendant, j’étais curieux de voir comment il se tirerait de la tâche qu’il acceptait aujourd’hui.

Mea cusina ia scrive a elo un letereta cual ela ia lisca su sua porte. A la sera mesma Daniel ia desende a la cosina.

Ma cousine lui écrivit un petit billet qu’elle glissa sous sa porte. Le soir même Daniel descendit à la cuisine.

Me ia omete dise a tu ce a la dia presedente tre luasalas ia veni. Totas ia es persones joven coedal con Daniel, ma tal joiosa ca el ia es parente grave. Un entre los ia es spesial notada par esta tipo de mente lejera e burlante cual on encontra frecuente entre la jovenes de esta parte de la pais. El ia es plu alta ca sua acompaniores e ia es parlante a los con un aspeta falsa autoriosa cual final el mesma ia es susedente considera real, car el ia es vidente ce on escuta el con alga amira e ce cadun reata sempre a sua rie e a sua bromas. A la dia de mea ariva, lo ia aveni ce me oserva esta, en cuando nos ia es sentante sirca la table, espetante ce on servi a nos la come de sera.

J’ai omis de vous dire que le jour précédent il était venu trois pensionnaires. C’étaient tous des jeunes gens de l’âge de Daniel, mais aussi gais qu’il paraissait grave. L’un d’eux l’emportait sur les autres par cette espèce d’esprit facile et railleur que l’on rencontre souvent chez les garçons de cette partie du pays. Il était plus grand que ses compagnons et leur parlait avec un faux air d’autorité qu’il finissait lui-même par prendre au sérieux, car il voyait qu’on l’écoutait avec une certaine admiration et qu’on ne manquait jamais de faire écho à son rire et à ses plaisanteries. J’eus l’occasion d’observer cela le jour de mon arrivée, alors que nous étions assis autour de la table en attendant qu’on nous servît à dîner.

A mea lado destra, la babelor ia sta. A mea lado sinistra, un dama vestida negra e con la spalas covreda par un xal larga de cual el ia teni la angulos crusida sur sua peto. Sua capeles gris ia es separada en bandas sur sua fronte. Un severia grande ia es marcante sua fas; el no ia es disente cualce parola, ma me ia es vidente sua labios movente silente.

J’avais donc le beau parleur à ma droite. À ma gauche se trouvait une dame vêtue de noir et les épaules couvertes d’un grand châle dont elle tenait les bouts croisés sur sa poitrine. Ses cheveux gris étaient partagés en bandeaux sur son front. Une grande sévérité marquait les traits de son visage ; elle ne disait pas un mot, mais je voyais ses lèvres remuer en silence.

A sua lado, un fem multe plu joven ia es sentante, ci parente ia es de sua familia, posible sua fia o sua sobrina. Acel ia aspeta tal seria como sua conaseda plu vea, an con la adorablia e la dulsia espresada par sua fas. Ela ia es portante sua capeles en la modo la plu posible simple e modesta, ma ela no ia pote preveni ce risas spesa cade sirca sua tempes cuando ela ia es inclinante la testa, lo cual ia es aveninte frecuente, car ela ia es parente timida.

À côté d’elle était assise une femme beaucoup plus jeune et qui semblait être sa parente, peut-être sa fille ou sa nièce. Elle avait l’air presque aussi sérieuse que son aînée malgré la grâce et la douceur que respirait son visage. Elle portait ses cheveux le plus simplement et le plus modestement possible, mais elle ne pouvait empêcher des boucles épaisses de retomber autour de ses tempes lorsqu’elle inclinait la tête, ce qui lui arrivait souvent, car elle paraissait timide.

Donce nos ia es ses a la dia cuando Daniel ia comensa sua servi. El ia entra seguente un joven fem negra ci ia es traente un platon enorme e ci ia pare considerable forsa se per no rie. Me ia nota ce elo ia es plu pal ca me ia crede prima. Sua brasos ia es cargada con platos cual el ia comensa pone ante nos, ma con un mano tremante e como si sua fortia no ia es sufisinte.

Cela faisait que nous étions six le jour où Daniel commença son service. Il entra à la suite d’une jeune négresse qui portait un énorme plateau et qui semblait faire un effort considérable pour ne pas rire. Je remarquai qu’il était plus pâle que je ne l’avais cru d’abord. Il avait les bras chargés d’assiettes qu’il se mit à poser devant nous, mais d’une main tremblante et comme si ses forces n’y suffisaient pas.

A esta momento, la fem servor ia sorti. Daniel, ci ia pasea ja sirca la table, ia reveni per presenta a me la platon de carne. Me confesa ce me ia jesti nonpasiente. Me no ia pote sufri la regarda cual la joven om ia es traente sirca el. El ia es aspetante panicada, e la tre studiantes ia es comensante rie de el. Me ia dise a el a duivose, prendente la platon de sua manos: « Vade a senta. Nos mesma va pasa la platones. »

À ce moment la servante se retira. Daniel, qui avait fait le tour de la table, revint vers moi et me présenta le plat de viande. J’avoue que j’eus un mouvement d’impatience. Je ne pouvais souffrir le regard que le jeune homme jetait autour de lui. Il avait l’air affolé et les trois collégiens commençaient à en rire. Je lui dis à voix basse en lui prenant le plat des mains : « Allez vous asseoir. Nous passerons les plats nous-mêmes. »

El ia obedi a me silente e ia vade a senta sur un seja a lado de la porte, do me ia pote oserva el fasil. El ia es parente tan turbada ce me preveni mal contra un senti de compatia. Ma, en fato, esce el ia es en un situa tan degradante? Me mesma ia labora como servor a la liseo de Haymarket. Lo ia es otra plu difisil.

Il m’obéit sans rien dire et alla s’asseoir sur une chaise près de la porte où je pouvais l’observer à mon aise. Il paraissait si troublé que je me défendis mal d’un sentiment de pitié. Mais après tout faisait-il donc quelque chose de si humiliant ? Moi-même j’ai travaillé comme garçon de salle au collège de Haymarket. C’était bien autre chose.

Me va nara rapida la du dias cual ia segue. Aora me ia es avente tota mea comes a casa de mea cusin. Daniel ia es parente abitua a sua servi, ma el ia es distraeda e, cuando el ia es nonocupada, el ia es regardante tra la fenetra como si el ta es vijilante la veni de algun. Sola me ia es atendente el. Me ia divina ce la studiantes no es gustante el; los ia ostenta ce los no regarda el cuando los ia es demandante ce el xerca pan o acua. Consernante la du femes, los ia es teninte cuasi sempre la oios basida e nunca los ia es disente cualce parola.

Je passerai rapidement sur les deux jours qui suivirent. Maintenant je prenais tous mes repas chez ma cousine. Daniel semblait s’habituer à son service mais il était distrait et lorsqu’il était inoccupé il regardait par la fenêtre comme s’il guettait la venue de quelqu’un. J’étais le seul à faire attention à lui. Je devinai que les collégiens ne l’aimaient pas ; ils affectaient de ne pas le regarder lorsqu’ils lui demandaient de chercher du pain ou de l’eau. Quant aux deux femmes, elles avaient presque toujours les yeux baissés et n’échangeaient jamais une parole.

Me ariva presente a la punto la plu interesante de tota esta caso. A la sera de la dia tre, Daniel ia es aspetante ansiosa. Me ia es vidente ce el fronsi sua suprasiles cuando el ia es regardante tra la fenetra, ma lo ia es oscur: la luna no ia leva ja.

J’en arrive à présent au plus intéressant de toute cette affaire. Le soir du troisième jour, Daniel paraissait inquiet. Je le voyais froncer les sourcils en regardant par la fenêtre, mais il faisait noir. La lune ne s’était pas encore levée.

Mea visina ia es riente min ca a la dia prima; parente, sua du amis ia perde ja sua joia, e me ia es felis de esta per Daniel, car los ta pote burla fasil sua aspeta strana e esta regarda asente cual el ia es dirijente a nos cuando nos ia es demandante alga cosa a el.

Mon voisin riait moins que le premier jour ; ses deux amis semblaient avoir perdu leur gaieté et j’en étais heureux pour Daniel, car ils auraient pu facilement se moquer de son air étrange et de ce regard absent qu’il portait vers nous lorsque nous lui demandions quelque chose.

Nosa come ia es cuasi finida, e Daniel ia es sentante sur un seja a lado de la porte de la cosina. Lo ia es sua loca abitual.

Nous avions presque fini de dîner et Daniel était assis sur une chaise près de la porte de la cuisine. C’était sa place habituelle.

Mea regarda no ia es desfisante el, ma el no ia pare persepi ce me oserva el. Sua regarda ia es fisante la porte de esta sala peti de cual me ia parla ja a tu, esta cual comunica con la antesala. Me ia es curiosa sabe lo cual el ia es regardante tan atendosa, cuando me ia persepi ce el es parlante solitar. Sua labios ia es movente multe rapida e me ia es oiante un tipo de murmura. No sola me ia es oiante esta. Mea visina ia es regardante Daniel con un espresa temosa. La plu joven de la du femes ia es regardante el ance, ma con un fas cuieta, sin cualce surprende, con sua oios negra dulse e pasosa.

Je ne le quittais pas des yeux, mais il ne paraissait pas se rendre compte que je l’observais. Son regard était fixé sur la porte de cette petite pièce dont je vous ai parlé, celle qui communique avec l’antichambre. J’eus envie de lui demander ce qu’il regardait avec une telle attention, quand je m’aperçus qu’il parlait tout seul. Ses lèvres remuaient très vite et j’entendais une sorte de murmure. Je n’étais pas le seul à l’entendre. Mon voisin regardait Daniel avec une expression de crainte. La plus jeune des deux femmes le regardait aussi, mais d’un visage tranquille et sans la moindre surprise. Elle avait des yeux noirs pleins de douceur et de sérénité.

Subita Daniel ia leva e ia dirije se a la porte cual el no ia sesa regarda. El ia es paseante lenta, e como si cada paso ia es un forsa. Me no ia sabe perce me ia es tan emosiada. Lo ia es parente a me ce Daniel nunca vade a susede ateni esta porte e ce el vade a cade. Final el ia pone sua mano sur la boton de porte cual el ia turna rapida. El ia sorti. Arivada sur la arco de porte, el ia comensa core. Me ia oia la porteta cual ia bate.

Tout à coup Daniel se leva et se dirigea vers la porte qu’il n’avait cessé de regarder. Il marchait lentement et comme si chaque pas lui coûtait un effort. Je ne savais pourquoi je me sentais si ému. Il me semblait que Daniel n’arriverait jamais à cette porte et qu’il allait tomber. Enfin il mit la main sur le bouton qu’il tourna vivement. Il sortit. Arrivé sur le porche il se mit à courir. J’entendis la grille qui battait.

Me crede ce me ia leva. La surprende ia preveni ce me parla, per un momento. Regardante mea otra visina, la plu vea de la du femes, me ia vide la mesma senti depintada sur sua fas.

Je crois que je me levai. La surprise m’empêcha un instant de parler. En regardant ma voisine, la plus âgée des deux femmes, je vis que le même sentiment était peint sur son visage.

— Cual cosa tu pensa ce lo aveni en la mente de esta joven om? » me ia demanda a el final.

— Que pensez-vous qu’il se passe dans l’esprit de ce jeune homme ? lui demandai-je enfin.

— Si el no ia ta aspeta tan spesial cuando el ia sorti », ela ia responde, « me ia ta crede ce el ia eleje un mal porte. Ma el ia sorti de la jardin.

— S’il n’avait eu une expression aussi singulière en sortant, répondit-elle, j’aurais cru qu’il s’était trompé de porte. Mais il est sorti du jardin.

— El es loco, mea visina ia dise alora, rojinte. Me es serta.

— Il est fou, dit alors mon voisin en rougissant. J’en suis sûr.

— Alora on debe core pos el e resaisi el », la vea fem ia dise, levante.

— Alors il faudrait courir après lui et le rattraper, dit la vieille dame en se levant.

La fem la plu joven ia leva ance. El ia es deveninte vera roja e el ia pronunsia alga parola a duivose.

La plus jeune femme s’était levée à son tour. Elle était devenue toute rouge et prononça quelques mots à mi-voix.

— Me crede ce lo no es futil ce on core pos el », el ia dise.

— Je crois qu’il est inutile de courir après lui, dit-elle.

— Perce? » me e la otra fem ia demanda simultan.

— Pourquoi ? demandai-je en même temps que ma voisine.

Ela ia dise alora esta parolas misteriosa:

Elle dit alors ces paroles étonnantes :

— Car el ia cade en manos plu potiosa ca la nosas. El es ja distante, e nunca vos va resaisi el.

— Parce qu’il est tombé entre des mains plus puissantes que les nôtres. Il est déjà loin et vous ne le rattraperez jamais.

Me ia resenta tremante. Me ia sabe perfeta ce acel fem no era e ce Daniel es corente a sua perde o a sua libri, sin ce cualce potia sur la tera pote diverje el de sua gol. La pluve ia sesa ja e la luna ia es levante. Un lus esitosa ia es luminante la via. La jovenes ia sorti ja de la comensa de esta conversa, disente ce los va resaisi fasil Daniel. A esta momento mea cusina ia apare, atraeda par la ruido de acel sena peti. Me ia esplica en poca parolas lo cual ia aveni. El ia regarda nos per un instante silente; en segue, el ia vesti un xal e ia sorti. Me ia vide ce el traversa la jardin e abri la porteta. El ia resta per un momento sur la via…

Je me rassis en tremblant. Je savais trop bien que cette femme ne se trompait pas et que Daniel courait à sa perte ou à sa délivrance sans qu’aucune puissance terrestre pût le détourner de son but. Il ne pleuvait plus et la lune se levait. Une lumière indécise éclairait la route. Les jeunes gens étaient sortis dès le commencement de cette conversation en disant qu’ils rattraperaient Daniel facilement. À ce moment ma cousine parut, attirée par le bruit de cette petite scène. Je lui expliquai en peu de mots ce qui s’était passé. Elle nous regarda un instant sans rien dire, puis elle mit un châle et sortit. Je la vis qui traversait le jardin et ouvrait la grille. Elle se tint un moment sur la route, etc.

Frato de un letera de Sra G.

Esta paje es presentada con la lisensa CC Attribution-Share Alike 4.0 International.
Lo ia es automatada jenerada de la paje corespondente en la Vici de Elefen a 20 junio 2024 (16:09 UTC).