LA VIAJOR SUR LA TERA
PreambulManoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 1)Manoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 1, segue)Manoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 1, Sonia)Manoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 2)I. De la dirijor de la Revista de Fairfax a Sr Charles DraytonII. De Charles Drayton a la dirijorIII. De Sra Smyth a la dirijor de la Revista de FairfaxIV. Reporta de la dotor ThorntonV. Frato de un letera de Sra G.

Mostra ance la testo orijinal

II. De Charles Drayton a la dirijor

II. Charles Drayton au directeur

Savannah, setembre 1895.

Savannah, septembre 1895.

 

Senior,

Tu pote publici tota libre la manoscrito de cual tu parla a me e tua razonas pare a me bon trovada. Lo es regretable, an tal, ce tu no ia pote comunica a me esta manoscrito ante ce tu ia primi la pajes (me espeta ancora los cual tu ia anunsia a me) e lo es un espresa de ironia ce tu demanda mea permete de primi en cuando tua macinas es en funsiona.

Monsieur,
Vous avez toute liberté de publier le manuscrit dont vous me parlez et vos raisons me paraissent bien trouvées. Il est regrettable, cependant, que vous n’ayez pu me communiquer ce manuscrit avant d’en avoir tiré les épreuves (j’attends toujours celles que vous m’annoncez) et c’est un trait d’ironie que de me demander mon permis d’imprimer lorsque vos machines sont en marche.

Evidente tu encarga tota la respondosia de tota la maldises peti cual ia ta pote lisca su la pen de mea sobrin. Me pardona los a el, si on ave algas en sua manoscrito, car nonvolente el ia es contorsente la fatos cual el nara; a multe veses lo ia aveni ce me nota lo. Ma la publica no sabe esta fali de sua mente e pote multe fasil considera como real lo cual es en fato sola imajinal en la pajes cual tu presenta. Me crede donce vera nesesada ce tu publici, a la segue de acel pajes, la reporta cual me presenta a tu oji. Lo conserna me, como ance mea sobrin. Lo va coreti sua eras posible en cuando lo va completi sua reporta a la pasajes do lo ta pote pare nonsasiante.

Il est bien entendu que vous prenez la responsabilité de toutes les petites calomnies qui auraient pu se glisser sous la plume de mon neveu. Je les lui pardonne, s’il s’en trouve dans son manuscrit, parce que sans le vouloir il dénaturait les faits qu’il racontait ; j’ai eu plus d’une fois l’occasion de faire cette remarque. Mais le public ignore ce défaut de son esprit et peut fort bien prendre pour la vérité ce qui n’est proprement qu’une fiction dans les pages que vous lui présentez. Je crois donc tout à fait nécessaire que vous publiiez à la suite de ces pages la relation que je vous soumets aujourd’hui. Elle a trait à moi aussi bien qu’à mon neveu. Elle rétablira les erreurs qu’il a pu commettre en même temps qu’elle complétera son récit là où il pourrait sembler insuffisant.

A martedi veninte, me va es a Fairfax. Me va ave la oportunia ce me conversa con tu plu longa de tota esta punto. Entretempo, vide asi mea manoscrito.

Mardi prochain je serai à Fairfax. J’aurai donc l’occasion de vous entretenir plus longuement de toute cette affaire. En attendant voici mon manuscrit.

 

Tu sabe cisa ce me es vidua. De mea sposa me va dise no cosa, estra ce nos no acorda multe con lunlotra e ce, a ses menses pos mea sposi, me ia persepi cuanto me ia era sposinte ela. Me ia deside ce me vide ela la min frecuente posible e, considerante ce la situa forsa ce nos vive en la mesma casa, ce me pasa tota la dia en mea biblioteca do me ia enclui me. No crede ce acel restrinje ia es cargosa. Me gusta la libros e la studia supra tota.

Vous savez peut-être que je suis veuf. De ma femme je ne vous dirai rien, sinon que nous ne nous entendions guère et que six mois après mon mariage je m’aperçus de l’erreur que j’avais commise en l’épousant. Je résolus de la voir le moins possible et, puisque les circonstances nous obligeaient à vivre dans la même maison, de passer toute la journée dans ma bibliothèque où je m’enfermais à double tour. Ne croyez pas que cette claustration m’était pénible. J’aime les livres et l’étude par-dessus toute chose.

Mea solitaria ia es perfeta. Me nunca ia es respondente cuando on colpa mea porte e me ia es sortinte de mea biblioteca sola per mea comes. Tu divina la senas cual pote segue.

Ma solitude était parfaite. Je ne répondais jamais quand on frappait à ma porte et je ne sortais de ma bibliothèque que pour prendre mes repas. Vous devinez les scènes qui pouvaient s’ensuivre.

Me no va nara los car los no conserna direta mea tema. Alga anios ia pasa. Mea fem ia es natural parlosa e ia es sufrinte ce el no pote parla a me. El ia es sortinte nonfrecuente per alga causas nonusosa esplicable. El ia es lejente multe.

Je ne vous les raconterai pas parce qu’elles n’intéressent pas directement mon sujet. Des années passèrent. Ma femme était naturellement bavarde et souffrait de ne pouvoir me parler. Elle sortait peu pour des raisons qu’il est inutile d’expliquer. Elle lisait beaucoup.

Subita me ia persepi ce el ia senese. On no vide ce el senese, el con ci on vive sempre, e on no persepi la gasta sola cuando lo es perfeta, si me osa dise, e ce lo evidenti per la oios. Aora, mea fem ia es tricotante per un parte de la dia e vadente a la rituos relijial per la resta de la tempo, car el ia es comensante pratica la relijio roman con asiduia. El ia es vestinte negra como un vidua e ia es odiante me, tal como on odia un spos ci ta debe es ja mor ma ci no es tal.

Tout d’un coup je m’aperçus qu’elle était devenue vieille. On ne voit pas vieillir quelqu’un avec qui l’on vit tous les jours et l’on ne se rend compte du ravage que lorsqu’il est parfait, si j’ose dire, et qu’il éclate aux yeux. Maintenant, ma femme tricotait une partie de la journée et allait aux offices le reste du temps, car elle s’était mise à pratiquer la religion romaine avec minutie. Elle s’habillait de noir comme une veuve et me haïssait, comme on hait un mari qui devrait être mort et qui ne l’est point.

Ela ia es deviante sua amosia a sua padre ci, me ia vide, ia fisa se en mea casa a un semana pos mea sposi. Elo es un senesente cexosa ci ia es despetante me car me no ia servi, a contra de el, per cuatro anios, su un jeneral de sude. Elo ia parti de mea casa pos la mori de sua fia.

Elle reportait son affection sur son père que j’ai vu s’installer chez moi la semaine de mon mariage. C’est un vieillard acariâtre qui me méprise parce que je n’ai pas servi, comme lui, quatre ans sous un général du Sud. Il a quitté ma maison après la mort de sa fille.

A nove anios pos mea sposi, mea frate par sposi, cual me es vidente nunca, ia mori de un maladia alga misteriosa, un tipo de melancolia cronica cual el ia combate o atenta combate con drogas. Me no sabe a cual nonmoderas el ia sede, ma el ia mori a apena cuatrodes anios de eda. Sua fem ia deveni demente a poca tempo a pos; ela vive, a presente, a casa de sua jenitores.

Neuf ans après mon mariage, mon beau-frère, que je ne voyais jamais, succomba à une maladie assez mystérieuse, une sorte de mélancolie chronique qu’il combattit ou essaya de combattre avec des drogues. Je ne sais à quels excès il se porta, mais il mourut à peine âgé de quarante ans. Sa femme devint folle peu de temps après ; elle vit actuellement chez ses parents.

Mea frate ia ave un xico de des anios de eda, e lo ia aveni ce sola me ta pote ospita acel enfante e cura el. Me ia vole oposa, ma la lege ia interveni e ia forsa me.

Mon beau-frère avait un petit garçon de dix ans et il se trouva que j’étais le seul à pouvoir recueillir cet enfant et m’occuper de lui. Je voulus m’en défendre, mais la loi intervint et me força la main.

Cuando on ia envia el a mea casa, Daniel ia es un xico maladiosa, de un aspeta preocupada e secreta. El ia es povre vestida e ia es portante a mano un valis enorme cual ia es conteninte, me recorda, vestes recambial e alga libros de imajes. Me confesa ce me no gusta la enfantes. Me ia nota en esta xico cosas cual ia pare spesial e alga desplasente. El cuasi nunca ia es parlante cuando me ia es presente e, parente, el ia es natural suspetosa. Cuando el ia es credente se solitar, el ia es regardante sirca el con un fas noncuieta e ia es cantetante en xuxa. A alga veses el ia es sortinte brusca de la sala do el ia es, e ia es corente a la jardin con crias. Sua tia ia es calminte el alora; el ia es mudinte e rojinte. Secreta, me ia es oservante el frecuente, volente vide asta cual grado el ia es eritante la umor de sua jenitores.

Lorsqu’on l’envoya chez moi, Daniel était un petit garçon malingre, à l’air soucieux et dissimulé. Il était pauvrement vêtu et portait à la main une énorme valise qui contenait, je m’en souviens, des effets de rechange et quelques livres d’images. J’avoue que je n’aime pas les enfants. Je remarquai en celui-ci des choses que je trouvai singulières et assez déplaisantes. Il ne parlait presque pas quand j’étais présent et paraissait d’un naturel soupçonneux. Lorsqu’il se croyait seul, il regardait autour de lui d’un air inquiet et chantonnait à mi-voix. Parfois il sortait brusquement de la pièce où il se tenait et courait au jardin en criant. Sa tante le reprenait alors ; il se taisait et devenait rouge. Je l’observais beaucoup sans qu’il s’en doutât, voulant voir jusqu’à quel degré il avait hérité de l’humeur de ses parents.

El ia pare multe propensada a cade en la relijio e la praticas superstisiosa de sua tia, e me ia suspeta ce ela envia el secreta a la catecisme. Me ia atenta sutrae el de acel influe e, cuando me ia pote, me ia atenta entra alga ideas justa en el. Me ia invita el en mea sala, a plural veses per mense, e me ia predica a el pico, parlante a el supra tota de sua debes de razona bon, de sua deta per sua prosimas e per el mesma. An tal me ia preveni ce me forsa el tro, temente ce me turba lo cual la natur ia pone en el. Me ave en efeto un teoria spesial sur la educa de la enfantes. Me opina ce on debe lasa ce los crese libre e, per dise tal, como los mesma intende. Ta ce los jua si los gusta jua, e, si los gusta leje, ta ce los leje lo cual va plase los. Los va distingui final la bon e la mal e los va descovre lo cual conveni a los. Me no ia envia donce Daniel a la scola. Me ia es abandonante el a el mesma, limitante mea ata tal ce sola me coreti en el lo cual ia pare a me artifis e contra la razona. Me ia preveni el de vade a la eglesa, ma me ia lasa a el tota libria per la restante. El ia es gustante la libros; me ia permete ce el eleje en la biblioteca de la salon tota los cual pote pare interesante a el.

Il semblait fort enclin à tomber dans la religion et les pratiques superstitieuses de sa tante et je la soupçonnais de l’envoyer en secret au catéchisme. J’essayais de le soustraire à cette influence et, quand je le pouvais, de lui inculquer quelques idées justes. Je le faisais venir dans mon cabinet plusieurs fois par mois et le sermonnais un peu, lui parlant surtout de ses devoirs d’être raisonnable, de sa dette envers ses prochains et envers lui-même. Cependant je me gardais de le pousser trop, de peur de faire violence à ce que la nature avait mis en lui. J’ai en effet une théorie particulière sur l’éducation des enfants. Je suis d’avis qu’on doit les laisser se développer librement et, pour ainsi dire, comme ils l’entendent eux-mêmes. Qu’ils jouent s’ils aiment à jouer, et s’ils aiment à lire qu’ils lisent ce qui leur plaira. Ils finiront bien par distinguer le bon du mauvais et découvrir ce qui leur convient. Je n’envoyai donc pas Daniel à l’école. Je l’abandonnai à lui-même, me réservant seulement de corriger en lui ce qui me paraissait artificiel et contraire à la raison. Je lui défendis d’aller à l’église, mais je lui laissai toute liberté pour le reste. Il aimait les livres ; je lui permis de choisir dans la bibliothèque du salon tous ceux qui pouvaient lui sembler intéressants.

 

Tra tota esta tempo cuando me ia vide el cresente, me ia comensa formi per el tota tipos de projetas. El ia es parlante min e min, confidante sola con mea sposa. Sua aspeta ia es frajil, e el ia es restante frecuente per oras longa sentante a la jardin, a alga veses con un libro, ma jeneral nonocupada e con la manos juntada sur la jenos. Cuando el ia completi ja sua anio des-sete, me ia desida emplea el a mea servi e usa e developa la gusta ce me ia es divinante en el per la cosas leteratural. Me mesma aplica me a alga xercas de tema filosofial…, etc.

Cependant il grandissait sous mes yeux et je commençais à former pour lui toutes sortes de projets. Il parlait de moins en moins et ne s’ouvrait un peu qu’à ma femme. Il avait l’air chétif et restait souvent de longues heures assis au jardin, parfois avec un livre, mais en général inoccupé et les mains jointes sur les genoux. Lorsqu’il eut achevé sa dix-septième année, je résolus de l’employer à mon service et d’utiliser en le développant le goût que je devinais en lui pour les choses de la littérature. Je m’occupe moi-même de recherches d’un ordre philosophique…, etc.

(La segue de esta letera no ave interesa e no ajunta cualce elemento nova a la reporta de Daniel O’Donovan. Parente, sua autor ia scrive sola per la plaser de parla de se mesma.)

(Le reste de cette lettre est sans intérêt et n’apporte aucun élément nouveau à la relation de Daniel O’Donovan. Son auteur semble n’avoir écrit que pour le plaisir de se raconter.)

III. De Sra Smyth a la dirijor de la Revista de Fairfax

Esta paje es presentada con la lisensa CC Attribution-Share Alike 4.0 International.
Lo ia es automatada jenerada de la paje corespondente en la Vici de Elefen a 30 junio 2024 (16:38 UTC).