LA VIAJOR SUR LA TERA
PreambulManoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 1)Manoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 1, segue)Manoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 1, Sonia)Manoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 2)I. De la dirijor de la Revista de Fairfax a Sr Charles DraytonII. De Charles Drayton a la dirijorIII. De Sra Smyth a la dirijor de la Revista de FairfaxIV. Reporta de la dotor ThorntonV. Frato de un letera de Sra G.

Manoscrito de Daniel O’Donovan (Parte 2)

 

Mostra ance la testo orijinal

9 setembre.

9 septembre.

 

Multe recordas reveni a mea memoria, ma me debe freta. Cuando Paul ia recomenda ce me garda mea mone, el ia leva e ia sorti, e a esta dia me no ia revide el. Alora, per distrae me de mea noia, me ia deside scrive la reporta de tota lo cual ia aveni tra mea enfantia e plu tarda asta aora. Parente en efeto on ia ave en mea vive alga cosa estracomun e me ta comprende plu bon lo cual es la caso cuando me ia ta pone mea recordas en scrivedas. Me ia labora scrive donce tra tota la dia e, no esente dormosa, tra tota la note. Me ia es comensante gusta esta labora tra cuando me ia es completinte lo. A la matina de la dia seguente, me ia scrive la linia cual, en mea opina, ia es la linia ultima de mea manoscrito, car me no ia vole ajunta no cosa a lo, cuando me ia fa un descovre cual descoraji me.

Bien des souvenirs me reviennent à la mémoire, mais il faut que je me dépêche. Quand Paul m’eut recommandé de garder mon argent, il se leva et sortit, et ce jour-là je ne le revis pas. C’est alors que, pour me distraire de mon ennui, je résolus d’écrire la relation de tout ce qui m’était arrivé dans le courant de mon enfance et plus tard jusqu’à maintenant. Il me semblait en effet qu’il y avait dans ma vie quelque chose d’extraordinaire et que je comprendrais mieux de quoi il s’agissait quand j’aurais mis mes souvenirs par écrit. J’y travaillai donc toute la journée et, n’ayant pas envie de dormir, toute la nuit. Je prenais goût à cette tâche à mesure qu’elle avançait. Le matin du jour suivant, j’avais écrit ce que je pensais être la dernière ligne de mon manuscrit, car je ne voulais rien y ajouter, quand je fis une découverte qui me consterna.

 

A la dia mesma de mea ariva, me ia porta un paco peti de vestes a un laveria. On ia reporta lo a me, lavada, a du dias plu tarda e me ia xerca en mea pox la portamone cual es conteninte mea mone: lo no ia es ala. Me ia xerca lo a otra loca ma sin susede plu, e me ia retrova sola la cuantia peti de mone cual Paul ia dona a me. La lavor ci ia es presente a esta sena, e ci ia es vidente la turba cual ia saisi me, ia dise a me ce el pote espeta per alga dias, e ia vade a via. Me ia ta pote paia el con la mone cual me ave ancora, ma la fortia ia es mancante a me, e me ia resta per alga tempo en un spesie de stupor.

Le jour même de mon arrivée, j’avais fait porter à une blanchisseuse un petit paquet de linge. On me le rapporta, lavé, deux jours plus tard et je cherchai dans ma poche le portefeuille qui contenait mon argent : il n’y était pas. Je le cherchai autre part mais sans plus de succès et je ne retrouvai que la petite somme que Paul m’avait remise. La blanchisseuse qui assistait à cette scène et qui voyait le trouble dont j’étais saisi me dit qu’elle pouvait attendre quelques jours et s’en alla. J’aurais pu la payer avec l’argent qui me restait encore, mais les forces me manquaient et je demeurai quelque temps dans une sorte de stupeur.

Entretempo, Paul ia veni per visita me. Me ia es cuasi cuietida pos mea surprende e me ia demanda a me lo cual me vade a fa. El ia es veninte donce oportun per consela me. Ma on ave en me paradoxes strana. Me ia es forte suspetante ce el ia fura mea mone a la dia mesma cuando el ia arde mea libros. (Me ia recorda en efeto ce me ia oblida mea portamone en la pox de la veste cual me ia lasa, elejente un plu nova per vesti me.) Perce me no ia sensa cualce coleria? Perce me ia senti, a contra, un joia vera cuando me ia revide el? Me ia vade an dise mea embarasa, como si la ironia de mea situa no evidenti ante mea oios. Mea furor ia es ante me, me ia es serta, e, an tal, cual cosa me ia es disente a me? Cuasi esta: « El es bon, e a el tu debe demanda ce el aida tu. Lo cual el ia fa es nonimportante. » Acel ideas ia es fretante en mea serebro tan forte ce me ia es aturdida como on pote es aturdida en media de un tumulta.

Sur ces entrefaites, Paul vint me rendre visite. Je m’étais à peu près remis de ma surprise et je me demandais ce que j’allais faire. Il venait donc à point pour me conseiller. Mais il y a en moi d’étranges contradictions. Je le soupçonnais fortement de m’avoir volé mon argent le jour même où il avait brûlé mes livres. (Je me rappelais en effet que j’avais oublié mon portefeuille dans la poche du costume que j’avais laissé de côté pour en mettre un plus neuf.) Pourquoi n’en ressentais-je aucune indignation ? Pourquoi éprouvais-je au contraire une véritable joie à le revoir ? J’allai même jusqu’à lui dire mon embarras, comme si l’ironie de ma situation n’avait pas éclaté à mes yeux. J’avais mon voleur devant moi, j’en étais sûr, et cependant que me disais-je ? À peu près ceci : « Il est bon et c’est à lui que tu dois demander de te venir en aide. Ce qu’il a fait est sans importance. » Ces idées se pressaient dans mon cerveau avec tant de force que j’en étais étourdi comme on peut être étourdi au milieu d’un tumulte.

— Cual cosa me debe fa? me ia demanda a el.

— Que dois-je faire ? lui demandai-je.

— On ave cuantiosa modos de gania mone, el ia responde. Esce tua libros ia ensenia no cosa a tu?

— Il y a vingt manières de gagner de l’argent, répondit-il. Est-ce que vos livres ne vous ont rien appris ?

La demanda ia pare cruel a me, ma tan justa ce me no pote impedi ce me pensa a lo per un momento. Lo ia esplica clar tota mea vive. Me ia sabe fa no cosa, me ia perde ja mea tempo con leje e me no ia profita ja en cualce modo. Anios intera ia pasa ja, e me ia vive los como si mea tio debe vive per sempre e ce el maneja mea bonstate asta la fini de mea dias. Me ia es asustada par la nonpotentia cual me es descovrente en me, e me ia es tentada par cria a Paul : « No abandona me. Me sede a tu en tota. Tu va comanda, e me va vade do lo va plase a tu. » Ma mea orgulo ia redini me. En mea despera, me ia comensa regarda sirca me e, subita, me ia vide me, en un miror oncida a la mur, en un modo tal ce nunca me ia vide me asta alora. Me ia es la desinia de la nonsertia e de la teme. Mea oios ia es grandida, mea boca ia es duiabrida, me ia vide mea peto palpita en la forsa de un respira difisil. Me ia vole diverje la testa, ma parente lo ia es mantenida en la dirije de la miror e me ia regarda nonvolente esta fas cual vole no basi no clui la oios. Esce nunca donce me ia nota ce mea labios es cuasi blanca, sin forte, sin spesia? Mea jenas ia es pal; mea oios tro distante de lunlotra ia es donante a me un aspeta strana cual ia asusta me en esta minuto. Esce nunca donce me ia vide esta fas? Me ia sensa un repulsa subita de me, e me ia pone ambos mea manos sur mea oios.

La question me parut cruelle, mais si juste que je ne pus m’empêcher d’y réfléchir un instant. Elle éclairait toute ma vie. Je ne savais rien faire, j’avais perdu mon temps à lire et je n’en avais tiré aucun profit. Des années entières s’étaient passées et je les avais vécues comme si mon oncle devait vivre éternellement et s’occuper de mon bien-être jusqu’à la fin de mes jours. Je fus épouvanté de l’impuissance que je découvrais en moi et je fus tenté de crier à Paul : « Ne m’abandonnez pas. Je me soumets à vous en toutes choses. Vous commanderez, et j’irai où il vous plaira. » Mais mon orgueil me retint. Dans mon désespoir je me mis à regarder autour de moi et tout d’un coup je me vis, dans un miroir accroché au mur, comme jamais je ne m’étais vu jusqu’à ce moment. J’étais l’image de l’incertitude et de la crainte. Mes yeux étaient agrandis, ma bouche entrouverte, je voyais ma poitrine se soulever dans l’effort d’une respiration difficile. Je voulus détourner la tête, mais il me sembla qu’elle était maintenue dans la direction du miroir et je regardai malgré moi ce visage qui ne voulait pas s’abaisser ni fermer les yeux. N’avais-je donc jamais remarqué que mes lèvres étaient presque blanches, sans force, sans épaisseur ? Mes joues étaient pâles ; mes yeux trop écartés l’un de l’autre me donnaient un air étrange qui m’effrayait en cette minute. N’avais-je donc jamais vu ce visage ? J’eus subitement horreur de moi et je mis mes deux mains sur mes yeux.

Paul ia es sentante ante me. Cuando me ia lasa ce la manos recade, me ia vide el con la mesma claria como, a poca ante, cuando me ia vide me en la miror. Ma me no susede descrive el, e tota la parolas cual veni a mea mente pare nonesata o nonsasiante cuando me atenta aplica los a el. Sua fas es ru e masosa; an tal on ave alga cosa tan spesial en sua regarda, alga cosa tan calma e tan temable, ce lo pare ce sua fas radia. Me senti ce el pote no era, no fa cualce cosa mal. Me senti plu e plu ce, sin despeta me, el es vidente tota la debilia cual on ave en me, e ce sola el pote gida me.

Paul était assis devant moi. Lorsque je laissai retomber les mains, je le vis avec la même lucidité que j’avais eue tout à l’heure en me voyant dans le miroir. Mais je ne parviens pas à le décrire et tous les mots qui me viennent à l’esprit me semblent inexacts ou insuffisants quand j’essaie de les appliquer à lui. Ses traits sont irréguliers et massifs ; cependant il y a quelque chose de si singulier dans son regard, quelque chose de si calme et de si terrible, qu’il semble que son visage rayonne. Je sens qu’il ne peut ni se tromper ni faire le mal. Je sens de plus que, sans me mépriser, il voit toute la faiblesse qu’il y a en moi, et qu’il est seul à pouvoir me guider.

Con un forsa grande, me ia dise a el: « Me va fa lo cual tu vole si tu aseta aida me. » Alora el ia comensa refleta, e me ia resta per alga minutos con fas a fas con el. Mea cor ia es batente orible e me ia es pensante: « Me sede a tu per tota mea projetas. Me va fa lo cual tu dise ce me debe fa. » Final el releva sua oios a me e ia responde a me: « Me opina ce tu nesesa maneja solitar. » Me ia resta silente e, cuasi subita, Paul ia vade a via.

Après un violent effort, je lui dis : « Je ferai ce que vous voudrez si vous consentez à me venir en aide. » Alors il se mit à réfléchir et je restai quelques minutes devant lui. Mon cœur battait horriblement et je pensais : « Je me remets à toi du soin de tous mes projets. Je ferai ce que tu me diras de faire. » Enfin il releva les yeux vers moi et répondit : « Je pense qu’il faut que vous vous tiriez d’affaire tout seul. » Je gardai le silence et presque aussitôt Paul s’en alla.

Restante solitar, me ia abandona me per alga minutos en un despera orible. Donce me ia era, e la sola person en ci me ia fida ia es distantinte de me. Mea orgulo ia es cruel sufrinte car me ia desonora me ante un nonconoseda ci es mancante en tal modo carita la plu comun. Ma on ave un spesie de abitua a la despera cual on nomi resinia, e esta resinia ia veni alga pronto. Me ia dise a me ce me ia merita la ofendes cual me sufri, e ce me ta sufri otras, e de tipos diversa, asta cuando me no crase su pede mea ama de me mesma e mea vanta. Me ia sensa un joia amarga, cuando me ia es repetente a me esta cosas e, per dise tal, cuando me ia es traversante mea mal fortuna en tota sua estende.

Resté seul, je m’abandonnai quelques minutes à un horrible désespoir. Je m’étais donc trompé et la seule personne sur qui j’avais compté s’écartait de moi. Mon orgueil souffrait cruellement parce que je m’étais humilié devant un inconnu qui manquait à ce point de la charité la plus ordinaire. Mais il y a une sorte d’habitude du désespoir qui s’appelle résignation et cette résignation vint assez vite. Je me dis que j’avais mérité les vexations que je subissais et que j’en subirais d’autres et de toutes sortes tant que je ne foulerais pas aux pieds mon amour-propre et ma présomption. Je ressentais une joie amère à me répéter ces choses et, pour ainsi dire, à parcourir mon malheur dans toute son étendue.

E subita, lo ia pare a me ce mea tristia ia es sin causa, car la ojeto mesma de acel tristia ia es un ilude. Me no pote dise con cual violentia esta idea ia presenta se a me, lo ia es como si un lus briliante ta presipita se en mea alma e ta reversa mea vive. Como me ia pote era tan longa e lia me a libros, a mea mone, a me mesma, a mea cuietia? Esce la tristia vera no ia es ce me es la preda de tota la benes cual me ia desira? Me ia es tan emosiada con esta tipo de revela ce me ia reposa sur mea leto afin me no cade. Aora la mundo ia pote es fininte, e la vive ia pote es retirante se de me. Tota la cosas vidable ia es esistente sola per mea tenta e, par un move de la alma cual ia rompe me, me ia renunsia instante la posese de tota acel cosas, cualce gusta teral, cualce espera de felisia sur tera. Me ia senti ce mea spirito es alora separante con mea carne e ce me es arancada a me mesma. Mea manos ia comensa trema, e la suo ia flue de mea fronte. Me ia cria e me ia leva, ma, subita, me ia cade como si me ia es dejetada a tera.

Et tout à coup, il me sembla que ma tristesse était sans raison parce que l’objet même de cette tristesse était illusoire. Je ne peux dire avec quelle violence cette idée se présenta à moi, c’était comme si une lumière éclatante se précipitait dans mon âme et retournait ma vie. Comment avais-je pu me tromper si longtemps et m’attacher à des livres, à mon argent, à moi-même, à ma tranquillité ? La vraie tristesse n’aurait-elle pas été de se sentir la proie de tous les biens que j’avais désirés ? Je fus si ému de cette espèce de révélation que je m’étendis sur mon lit pour ne pas tomber. Maintenant le monde pouvait finir et la vie se retirer de moi. Toutes les choses visibles n’existaient que pour ma tentation et, par un mouvement de l’âme qui me brisa, je renonçai en un instant à la possession de toutes ces choses, à toute affection de la terre, à tout espoir de bonheur sur terre. J’eus l’impression que mon esprit se séparait alors de ma chair et que j’étais arraché à moi-même. Mes mains se mirent à trembler et la sueur coula de mon front. Je poussai un cri et me levai, mais aussitôt je tombai comme si j’avais été jeté à terre.

Me no sabe per cuanto tempo me ia resta tal, ma cuando me ia releva lo ia es ja oscur e la pluve ia es batente la vitros. Me ia sensa un dole agu a la basa de la cranio e un debilia grande en tota mea corpo. Ensendente la lampa, me ia trova sur la table un letereta suscriveda con la nom de Paul. Me ia leje lo, me ia cade lo direta. Lo ia es incluinte esta parolas : Algun forte va veni, ci va pone tu su sua garda e va gida tu en tota la vias de tua vive, si tu no resiste a el.

Je ne sais combien de temps je restai ainsi, mais lorsque je me relevai il faisait noir et la pluie battait les vitres. Je sentis une douleur aiguë à la base du crâne et une grande faiblesse dans tout mon corps. En allumant la lampe je trouvai sur la table un billet signé du nom de Paul. Je le lus, le laissai retomber aussitôt. Il contenait ces mots : Il viendra quelqu’un de fort qui te prendra sous sa garde et te conduira dans tous les chemins de ta vie, si tu ne lui résistes pas.

Me ia resta veliada per tota la note. A la lus prima me ia scrive la reporta cual on veni de leje.

Je demeurai éveillé toute la nuit. À l’aube j’écrivis la relation qu’on vient de lire.

 

(La manoscrito fini con acel parolas. Aora, vide asi alga leteras o fratos de leteras cual va clari, cisa, alga partes oscur de la reporta de Daniel O’Donovan.)

(Le manuscrit prend fin sur ces mots. Voici maintenant des lettres ou fragments de lettres qui mettront en lumière, peut-être, certaines parties obscures du récit de Daniel O’Donovan.)

I. De la dirijor de la Revista de Fairfax a Sr Charles Drayton

Esta paje es presentada con la lisensa CC Attribution-Share Alike 4.0 International.
Lo ia es automatada jenerada de la paje corespondente en la Vici de Elefen a 30 junio 2024 (16:38 UTC).