LETERATUR
Testos orijinal · Cantas traduida · Dramas traduida · Naras traduida · Poesias traduida · Sitas traduida · Testos diversa

La lupo e la oveta

Le loup et l’agneau par Jean de la Fontaine

Mostra ance la testo orijinal

traduida par Sunido

La razona de la plu forte es sempre la plu bon:
nos va mostra pronto esta.
La raison du plus fort est toujours la meilleure:
Nous l’allons montrer tout à l’heure.

—–

Un Oveta ia es bevinte
en la corente de un acua pur.
Con la stomaco vacua un Lupo aventurante ariva
a esta loca, atraeda par la fami.
“Ci fa ce tu es tan corajosa per turba me bevida?”
esta animal dise con rabia:
tu va es punida de tu noncautia.
“Senior,” la Oveta responde, “ta ce tu Altia
no coleri;
ma plu bon ta ce El considera
ce me es bevinte
en la corente,
plu ca dudes pasos a su de El,
e ce donce, en no modo,
me pote turba Se bevida.”
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure.
Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
«Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?
Dit cet animal plein de rage:
Tu seras châtié de ta témérité.
—Sire, répond l’agneau, que Votre Majesté
Ne se mette pas en colère;
Mais plutôt qu’elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d’Elle;
Et que par conséquent, en aucune façon
Je ne puis troubler sa boisson.
“Tu turba lo,” esta besta cruel responde,
“e me sabe ce a la anio pasada tu parla mal sur me.”
“Como me ta pote fa acel, considerante ce me no ia nase?”
la Oveta responde, “me suca ancora me madre.”
“Si no es tu, donce es tu frate.”
“Me no ave un.” “Donce es algun de tu familia:
car vos no trata me con multe jentilia,
vos, vos pastores, e vos canes.
On ia dise acel a me: me debe venja.”
Pos acel, a la fondo de la foresta
la Lupo porta el, e a pos come el,
sin otra spesie de judi.
—Tu la troubles, reprit cette bête cruelle;
Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
—Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né?
Reprit l’agneau; je tette encor ma mère
—Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
—Je n’en ai point.—C’est donc l’un des tiens;
Car vous ne m’épargnez guère,
Vous, vos bergers et vos chiens.
On me l’a dit: il faut que je me venge.»
Là-dessus, au fond des forêts
Le loup l’emporte et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Esta paje es presentada con la lisensa CC Attribution-Share Alike 4.0 International.
Lo ia es automatada jenerada de la paje corespondente en la Vici de Elefen a 21 april 2022 (17:21 UTC).